Oui mais

Tout a tellement changé
Rien ne se pensait ainsi
Nous n’étions pas prêts
Et ne le sommes pas depuis

Il faudra pourtant avancer
Aucune possibilité d’ouvrir
La page désormais tournée
D’une vie prête à fleurir

Digérer les traumatismes
D’une société balafrée
Faire preuve de civisme
Et ne jamais s’arrêter

Comme ce jour de victoire
Qui augurait un monde nouveau
Reconstituer nos mémoires
Faire de notre histoire un écho

Ben (08/05/2020)


Une prochaine fois

Je suis en manque de parents
Profiter d’eux maintenant
Vivre chaque précieuse seconde
Juste rire et refaire le monde

Dépoussiérer les vieux jouets
Se raconter nos ascendances
Ensemble, discuter, flâner
Au gré des images d’enfance

Contempler les années passées
À s’émerveiller de la vie
Organiser les choses à fêter
Pour retrouver famille et amis

En Normandie nous aurions dû être
Pour partager ensemble la joie
Je suis à plus de cent kilomètres
Ce sera pour la prochaine fois

Ben (03/05/2020)


Absinthe

Tchernobyl
Vingt-six avril
Vieux souvenir enfoui
Dont les cendres incandescentes
Et indécentes
Brûlent encore et toujours
Faudrait-il agrandir
Le sarcophage qui te confine ?
Et bien c’est déjà fait
Avec trois milliards d’encoffrés
Le nouveau nuage va passer
Sans se faire remarquer
Les médias ne s’étalent pas
Ayant assez sur le corona
L’homme est un fou savant
Qui joue avec le feu dévorant
Croyant sublimer son monde
Mais qui l’élime chaque seconde
Transformant l’absinthe qui le tuera

Ben (26/04/2020)


Que raconte-t-on là-haut ?

Alors que deux mille vingt
Entrait dans ses espérances
En une fraction de seconde
On vit chanceller le monde

Trois milliards de confinés
La terre s’arrêta de tourner
On écrira dans les livres d’histoire
Que l’homme perd vite la mémoire

Et que raconte-t-on là-haut ?
Quelles discussions s’animent
Bien au-dessus des oiseaux
Et des plus grandes cimes ?

Il regarde avec attention
Comment chacun s’interprète
Au milieu des circonvolutions
Et des pièces qu’on répète

Il intervient lorsqu’alors
On daigne faire appel à lui
Il ne sommeille ni ne dort
Tenant le fil de notre vie

Même si certains prévoient
Qui peut prétendre savoir
Ce que l’avenir réservera
Et toutes les solutions avoir

Ce n’était pas ce qu’il voulait
C’est ce que nous avons choisi
Vouloir toujours seul se débrouiller
Alors qu’en lui se trouve un ami

Ben (24/04/2020)


Année entière

Jour de la terre
Comme s’il en fallait un
Pour nous rappeler
Avant d’oublier demain
Que nous sommes éphémères

Jour de la terre
Et pas un de plus
À lui consacrer
Constater sa mue
Et puis ne rien faire

Jour de la terre
Refaire le monde
Débattre des débats
Pendant que fondent
Les deux hémisphères

Mais un jour la terre
Parce qu’on lui pompe l’air
Nous enverra promener
De se faire marcher dessus
Elle en aura vraiment assez
Il est plus que temps d’agir
Tous concernés, tous prévenus
pour ne plus l’aneantir
Donnons lui l’année entière

Ben (22/04/2020)