Inspiration

Qui du défi ou de la poésie
Donnera l’inspiration ?
Quelques minutes avant minuit
Font monter la pression

Savoir rebondir
Chaque instant encore et toujours
Ne plus réfléchir
Et laisser aux mots libre cours

C’est ce qu’il y a de mieux à faire
Lorsque l’orage gronde
Et que le flash des éclairs
Offre un spectacle de trombe

Allons vite nous coucher
Avant que demain ne soit
Il faut encore dessiner
L’oiseau qui m’illustrera

Ben 09/05/2020


Oui mais

Tout a tellement changé
Rien ne se pensait ainsi
Nous n’étions pas prêts
Et ne le sommes pas depuis

Il faudra pourtant avancer
Aucune possibilité d’ouvrir
La page désormais tournée
D’une vie prête à fleurir

Digérer les traumatismes
D’une société balafrée
Faire preuve de civisme
Et ne jamais s’arrêter

Comme ce jour de victoire
Qui augurait un monde nouveau
Reconstituer nos mémoires
Faire de notre histoire un écho

Ben (08/05/2020)


Je confine, tu…

Je confine
Tu te fragilises
Il s’énerve
Elle répète
On s’explique
Nous explosons
Vous ne pouvez rien
Ils se séparent

C’est la dure conjugaison
Que certains d’entre nous exerceront
Pendant le pénible confinement
Laissant surgir nos ressentiments

Les chemins d’écoliers de l’amour
Ne sont pas si faciles tous les jours
Mais les épreuves devraient fortifier
Les bases qui doivent être posées

Qui est celui qui vous enseignera ?
Le maître en ce domaine le créa
Pardon, transparence et communication
Et tant de choses pour tenir la fusion

Je confine
Tu te fragilises
Il l’enlace
Elle se blottit
On sexe’plique
Nous fusionnons
Vous souriez
Ils s’aiment

Ben (07/05/2020)


L’étreinte

L’étreinte
Qu’elle soit amoureuse
Ou simplement affectueuse
N’est plus d’actualité

Le câlin
D’un enfant à sa mère
D’une sœur à un frère
N’est plus spontané

Les mains posées sur une vitre
Marquent la distance pénible
Qu’il nous faut respecter

Les larmes d’une grande mère
Émeuvent la France entière
Et nous font pleurer

Retrouverons nous un jour
Ce qui nous fait vivre ?
Ces sensations toujours
Qui nous font vibrer ?

Ben (27/04/2020)


Une jeune demoiselle

Mes souvenirs s’évadent,
Moi qui pensait les avoir bien enfermés
Je sens bien que tout se délite
Mais je vis dans les méandres de ma pensée

Au pressé, au passant,
Au passé, au présent
Point de futur que l’usure,
Qui toujours me dévore,
M’assaille et me rattrape.

Voilà maintenant que je suis enfermée
À la place de mes souvenances
Je ne sais plus ce que je suis
Je ne suis plus ce que je fus
Et dans cette chambre condamnée,
Je suis perdue, déboussolée

A qui confier mon désarroi ?
Qui pourra entendre mes tracas ?
Soudain, quelqu’un que je ne connais pas
M’emmène vers la fenêtre d’une douce voix

Des gens chantent et se font poètes
Serait-ce pour nous conter fleurette ?
Il y a aussi cet ustensile
J’ai le mot sur la langue
Vous savez, avec des touches noires et blanches

Dans cette gentille drôlerie
Je repense à ces après midi
Où, près des miens je me trouvais
Dans la joie de la maisonnée
Je chante au milieu de tous réunis
Des airs de Brel, de Piaf aussi
Une jeune demoiselle je suis
Qui danse dans les rues de Paris
Voici mon accompagnateur
Au piano il joue presque par cœur

J’ai trouvé ce mot qu’il me manquait !
Mais, que font là ces gens masqués
Ils reviendront, ont-ils promis
D’un ton joyeux, ils sont repartis
C’est le village entier mobilisé
Qui prend soin de ses aînés

Ben (18/04/2020)