Tu me manques à cette heure

Tu me manques à cette heure
Au milieu de mes langueurs
La belle cité des mineurs
Terroir cher à mon cœur

Les souvenirs j’ai laissé
Dans une maison jumelée
Au coeur des vertes forêts
Et des vestiges d’un temps passé

Confiné désormais
Sur une île de France
Je ne peux qu’admirer
Les printemps de mon enfance

Ce ciel bleu et sans nuage
Le soleil effleurant le visage
Chuchotant aux fleurs dès le matin
Que la journée se passerait bien

Foncer à toute allure sur le vélo
Dans les rues et venelles du Gué Plat
Aller à la coop ou au camion pizza
Rejoindre les copains près du transfo

Vivement la fin de cette crise sanitaire
Pour enfin pouvoir respirer ton air
Voir de mes yeux La Ferrière
Vibrer comme si j’étais parti hier

Ben (15/04/2020)


Ô homme, pense et considère

Alors que le soleil m’attire au dehors
Me chatouillant de ses fins rayons d’or
Je me confine et résiste à l’envie
Pour éviter de faire perdre des vies

J’en profite pour réfléchir, méditer
Faire ce que je ne ferai jamais
Si l’habitude du quotidien revenait
Me saisir dans sa vie mouvementée

Prendre le temps de prendre le temps
Une pause imposée, comme en suspens
Dans la temporalité de ce monde
Qui s’arrête, respire, puis vagabonde

L’après tout-ça verra l’évolution
Et ne retiendra pas de conclusions
Autre que pour le fameux progrès
Qui fera de nous des surveillés

Ô homme, pense et considère
Pendant que tu es sur la terre
Comment changer ton destin
Ici-bas et préparer demain

La vraie liberté t’est promise
Ton âme il faut que tu actualises
Fais la paix pour l’éternité
Ta vie va complètement changer

Ben (09/04/2020)


Le cycle de la vie

Alors que les bourgeons éclosent
Des feuilles tombent
Tandis que les ondes saturent
Des mémoires sombrent

Alors que le soleil est en joie,
La France pleure
Tandis que le nouveau-né crie,
Je me meurs

Au milieu de cette agitation
Je me noie dans ces questions
Comment rétablir les choses ?
Comment retrouver l’harmonie ?

Laissons passer la saison,
Tentons de penser à demain
Gardant dans nos cœurs
Tous ceux qui ne purent
Dans le monde entier
Traverser l’hiver dur
De cette calamité

On appelle cela
le cycle de la vie
Mais un jour

Pendant que certains maudiront
Nous serons dans le repos
Tandis que la terre et le ciel passeront
Nous retrouverons la paix

Pendant que prendra place la fusion
On rejoindra ceux qui ont cru
Tandis que disparaîtra la création
Les larmes je n’aurais plus

Pas de cycle
Nous vivrons
La vie éternelle

Ben (25/03/2020)


Depuis ma fenêtre

Les lueurs du soleil traversent les rideaux,
Le printemps vient d’arriver
Éveillé par la chaleur de ses rayons
Je retrouve la gaieté

Tout est propice à la promenade
Mais on est confiné
C’est au bord de la fenêtre ouverte
Que je peux respirer

Avec le chant des oiseaux libres
Je peux communier,
Entre voisins ayant ce même besoin
On va discuter.

L’énergie ravivée par un air nouveau
Je reprends mes activités
Le virus est encore l’objet des infos
Rester chez soi est la priorité

Ben (22/03/2020)