L’étreinte

L’étreinte
Qu’elle soit amoureuse
Ou simplement affectueuse
N’est plus d’actualité

Le câlin
D’un enfant à sa mère
D’une sœur à un frère
N’est plus spontané

Les mains posées sur une vitre
Marquent la distance pénible
Qu’il nous faut respecter

Les larmes d’une grande mère
Émeuvent la France entière
Et nous font pleurer

Retrouverons nous un jour
Ce qui nous fait vivre ?
Ces sensations toujours
Qui nous font vibrer ?

Ben (27/04/2020)


L’homme s’habitue à tout

L’homme s’habitue à tout
Semaine après semaine
Dimanche après dimanche
Les chiffres s’enchaînent
Les oreilles étanchent

L’homme s’habitue à tout
Aux horreurs médiatiques
Aux séries d’adrénaline
Les vues se cliquent
Les yeux déclinent

L’homme s’habitue à tout
Des réseaux au bout des doigts
Aux boutons déclencheurs
Le confort déçoit
Les mains épeurent

L’homme s’habitue à tout
Aux complots mondiaux
Aux insultes gratuites
Les ragots sont dévots
La bouche cuite

L’homme s’habitue à tout
Dans son confinement
Dans son doux narcisse
Les autres sont absents
Les cœurs refroidissent

Tellement habitué
Et jamais surpris
l’homme n’a pas senti
Soudainement arriver

Son corps contaminé
Son travail s’arrêter
Son souffle feindre
Sa vie s’éteindre

À l’éternité
S’était-il préparé ?
Rien ne nous appartient
Habituons nous à y penser

Ben (12/04/2020)