L’étreinte

L’étreinte
Qu’elle soit amoureuse
Ou simplement affectueuse
N’est plus d’actualité

Le câlin
D’un enfant à sa mère
D’une sœur à un frère
N’est plus spontané

Les mains posées sur une vitre
Marquent la distance pénible
Qu’il nous faut respecter

Les larmes d’une grande mère
Émeuvent la France entière
Et nous font pleurer

Retrouverons nous un jour
Ce qui nous fait vivre ?
Ces sensations toujours
Qui nous font vibrer ?

Ben (27/04/2020)


Méconnaissable

J’ai osé
Sortir le bout du nez
Dans la cité
Pour acheter
Les premières nécessités.

Un vide immense
Une drôle d’ambiance
Faite de méfiance
Et de distance

Ce calme gênant
Et peu rassurant
Donne au néant
Son existant

Avançant masqué
Je ne reconnais
Ce pays drapé
De morosité

Toi qui aimes la fête,
Qui cries et rouspètes
Toi qui chantes à tue-tête
Qui jamais ne t’arrêtes

Je te retrouverai
Certainement changé
Un avant, un après
Pour ne jamais oublier
Les leçons du passé

Ben (31/03/2020)