Je confine, tu…

Je confine
Tu te fragilises
Il s’énerve
Elle répète
On s’explique
Nous explosons
Vous ne pouvez rien
Ils se séparent

C’est la dure conjugaison
Que certains d’entre nous exerceront
Pendant le pénible confinement
Laissant surgir nos ressentiments

Les chemins d’écoliers de l’amour
Ne sont pas si faciles tous les jours
Mais les épreuves devraient fortifier
Les bases qui doivent être posées

Qui est celui qui vous enseignera ?
Le maître en ce domaine le créa
Pardon, transparence et communication
Et tant de choses pour tenir la fusion

Je confine
Tu te fragilises
Il l’enlace
Elle se blottit
On sexe’plique
Nous fusionnons
Vous souriez
Ils s’aiment

Ben (07/05/2020)


Liberté, …solidarité

Je suis blessé
Monsieur le président
De votre air choqué
Pour ne pas être resté dedans

Allez voter,
vous nous avez dit
J’en ai profité
En ce bel après midi

Quel est le risque
Ce n’est qu’une petite grippe
A déclaré votre ministre
C’est sûr qu’il anticipe

Quand le lendemain
Le confinement est instauré
C’est un drôle de chemin
Qui se profile avant l’été

Et maintenant je réalise
Que notre pays est dévasté
En bon citoyen que l’on méprise
J’agirai et non par intérêt

Et avant de voir les choses promises
Je mettrai en marche la solidarité
Et reprendrai dans notre devise
Le devoir de fraternité

Ben (01/04/2020)

 


Dis-moi combien tu m’aimes

Dis, qu’est-ce tu sèmes
Par-delà les chemins de ton cœur ?
Dis, écris-moi des poèmes
Qui viennent de l’intérieur

Dis, angoissé tu serais même
Que l’amour triomphe de la peur
Dis, envoie moi des je t’aime
J’en ai besoin toutes les heures

Dis, n’attends pas les chrysanthèmes
Pour exprimer la douceur
Dis, couvre moi d’un diadème
Pour atténuer la douleur

Dis, dis-moi combien tu m’aimes
C’est maintenant ou je meurs
Dis, laisse en toi le bohème
Ravir mon âme de bonheur

Ben (30/03/2020)


Au cœur du confinement

Au cœur du confinement
et celui du rangement,
des souvenirs remontent,
des objets, des lettres…
Et puis des larmes aussi.

Les mots doux refont surface,
et font vibrer les sentiments
trop longtemps endormis,
qui nous ramènent au firmament,
à l’existence même.

Que jamais nous n’oubliions,
dans le présent éloignement,
de puiser régulièrement
la force des liens qui nous unissent.

Laissons en nous se réveiller
la profondeur de l’essence humaine,
rappelant dans chaque battement
qui nous sommes vraiment.

Et que chaque jour nous retrouvions
le chemin de vivre autrement
pour qu’un avenir enthousiasmant
s’élève à nouveau sur nos vies.

Ben (19/03/2020)