Liberté, …solidarité

Je suis blessé
Monsieur le président
De votre air choqué
Pour ne pas être resté dedans

Allez voter,
vous nous avez dit
J’en ai profité
En ce bel après midi

Quel est le risque
Ce n’est qu’une petite grippe
A déclaré votre ministre
C’est sûr qu’il anticipe

Quand le lendemain
Le confinement est instauré
C’est un drôle de chemin
Qui se profile avant l’été

Et maintenant je réalise
Que notre pays est dévasté
En bon citoyen que l’on méprise
J’agirai et non par intérêt

Et avant de voir les choses promises
Je mettrai en marche la solidarité
Et reprendrai dans notre devise
Le devoir de fraternité

Ben (01/04/2020)

 


Nous sommes en guerre

La guerre je n’ai jamais vécu
Ni les millions de morts qu’elle a bu
Aucune de ses dures atrocités
A rien d’autre je ne peux le comparer

Mais hier regardant la télé
Notre président a déclaré
« nous sommes en guerre »
En pleine crise sanitaire

C’est la psychose
Le virus est réel
Une bombe explose
Le monde chancelle

Au front sont envoyés
Des blouses téméraires
Avec pour seul cri de guerre
Chez vous il faut rester !

Tous à l’abri
En confinement
Nous vivons nos vies
Restant patients

Les autres patients
Sont en réanimation
Les familles espérant
Des poumons en fonction

Ce vicieux virus
S’attaque à tous
Aux réchappés des nazis
Comme à la jeune Julie

Les rapports quotidiens
Font le lourd décompte
Des flambeaux éteints
Des courbes qui montent

Les premières lignes s’effondrent
Les réserves sont appelées
Un peu partout dans le monde
On fait preuve de solidarité

Dans la rue pourtant
Ceux qui se croisent
Se méfient et se toisent
Dans un silence glaçant

Mais le soir venu
Dans un réflexe ému
à l’horaire précis
Depuis nos balcons
Jaillissent les mercis
De toute une nation

Ce peuple se rendra-t-il compte
Que beaucoup ont été sacrifié
Au prix fort de notre honte
Pour ne pas avoir crié quand il fallait ?

Boulangers, éboueurs, postiers
Survivent sans armes, sans munitions
Gendarmes, caissières, routiers,
Et bénévoles méritent l’admiration

La guerre je n’ai jamais vécu
Mais de celle-ci je ne veux plus
Aux couleurs de la sérénité
Je souhaite pouvoir me reposer

Ben (27/03/2020)


Quel cauchemar

Et si tout cela n’était qu’un cauchemar ?
C’est vrai,
Si depuis le début, tout était faux.
Et si ce virus n’existait pas,
Qu’il n’était jamais apparu,
Il ne dévasterait pas ce monde.

Plus de peur, plus de pandémie,
Plus de crise, plus de confinement…

Réveille-toi, le monde reste tel qu’il est…
Avec ses autres peurs, ses autres crises,
Ses autres malheurs…
Dans quel monde faudrait-il vivre ?

Celui de la tendresse, du partage,
Du vivre ensemble, de la parole tenue,
De l’oiseau qui réveille par ses douces mélodies un printemps tant attendu
De l’enfant qui vient de naître et qui sourit avec innocence à la vie qui l’attend
Un monde idéal ou un monde infernal ?

Chacun vit dans un monde différent,
Fait d’illusions et d’espérances
Mais souvenons-nous qu’après rêve ou cauchemar,
nos yeux s’ouvriront pour écrire une nouvelle page de notre histoire

Saisissons donc l’opportunité
puisqu’il nous faut vivre le cauchemar
de resserrer les cœurs
Dans une solidarité retrouvée
Pour faire de l’homme un être meilleur

Ben (21/03/2020)