L’homme s’habitue à tout

L’homme s’habitue à tout
Semaine après semaine
Dimanche après dimanche
Les chiffres s’enchaînent
Les oreilles étanchent

L’homme s’habitue à tout
Aux horreurs médiatiques
Aux séries d’adrénaline
Les vues se cliquent
Les yeux déclinent

L’homme s’habitue à tout
Des réseaux au bout des doigts
Aux boutons déclencheurs
Le confort déçoit
Les mains épeurent

L’homme s’habitue à tout
Aux complots mondiaux
Aux insultes gratuites
Les ragots sont dévots
La bouche cuite

L’homme s’habitue à tout
Dans son confinement
Dans son doux narcisse
Les autres sont absents
Les cœurs refroidissent

Tellement habitué
Et jamais surpris
l’homme n’a pas senti
Soudainement arriver

Son corps contaminé
Son travail s’arrêter
Son souffle feindre
Sa vie s’éteindre

À l’éternité
S’était-il préparé ?
Rien ne nous appartient
Habituons nous à y penser

Ben (12/04/2020)


Ô homme, pense et considère

Alors que le soleil m’attire au dehors
Me chatouillant de ses fins rayons d’or
Je me confine et résiste à l’envie
Pour éviter de faire perdre des vies

J’en profite pour réfléchir, méditer
Faire ce que je ne ferai jamais
Si l’habitude du quotidien revenait
Me saisir dans sa vie mouvementée

Prendre le temps de prendre le temps
Une pause imposée, comme en suspens
Dans la temporalité de ce monde
Qui s’arrête, respire, puis vagabonde

L’après tout-ça verra l’évolution
Et ne retiendra pas de conclusions
Autre que pour le fameux progrès
Qui fera de nous des surveillés

Ô homme, pense et considère
Pendant que tu es sur la terre
Comment changer ton destin
Ici-bas et préparer demain

La vraie liberté t’est promise
Ton âme il faut que tu actualises
Fais la paix pour l’éternité
Ta vie va complètement changer

Ben (09/04/2020)