Venir sous

Me voici replongé
Dans mes piles de papiers
Il faut bien les traiter
Pour ne pas se noyer

Je parcours mes années
Au fil des dossiers
Je perçois mes succès
Les projets réalisés

Et puis quelques regrets
Pour ce qui n’a pas marché
qui au bout n’est pas allé
Ou que j’aurai dû changer

Dix huit années de cité
À la Ferriere soyez rassurés
Mes cinq ans dans le Bordelais
Du Haillan au Pauillacais
Et puis Montrougien j’étais
Six ans un peu Balneolais

Je retrouve les cahiers
Des exercices donnés
En tant qu’assistant et
Pédagogique j’exerçais

Le Zol’actu très renommé
Le prix Varennes nous avions gagné
Une carte du Médoc entier
Pour lequel j’intercedais

Les activités ecclésiales variées
Qu’avec beaucoup j’ai pu mener
Et puis les petits livrets imprimés
Des concours de poèmes organisés

Ben (25/04/2020)


Tu me manques à cette heure

Tu me manques à cette heure
Au milieu de mes langueurs
La belle cité des mineurs
Terroir cher à mon cœur

Les souvenirs j’ai laissé
Dans une maison jumelée
Au coeur des vertes forêts
Et des vestiges d’un temps passé

Confiné désormais
Sur une île de France
Je ne peux qu’admirer
Les printemps de mon enfance

Ce ciel bleu et sans nuage
Le soleil effleurant le visage
Chuchotant aux fleurs dès le matin
Que la journée se passerait bien

Foncer à toute allure sur le vélo
Dans les rues et venelles du Gué Plat
Aller à la coop ou au camion pizza
Rejoindre les copains près du transfo

Vivement la fin de cette crise sanitaire
Pour enfin pouvoir respirer ton air
Voir de mes yeux La Ferrière
Vibrer comme si j’étais parti hier

Ben (15/04/2020)