Une prochaine fois

Je suis en manque de parents
Profiter d’eux maintenant
Vivre chaque précieuse seconde
Juste rire et refaire le monde

Dépoussiérer les vieux jouets
Se raconter nos ascendances
Ensemble, discuter, flâner
Au gré des images d’enfance

Contempler les années passées
À s’émerveiller de la vie
Organiser les choses à fêter
Pour retrouver famille et amis

En Normandie nous aurions dû être
Pour partager ensemble la joie
Je suis à plus de cent kilomètres
Ce sera pour la prochaine fois

Ben (03/05/2020)


Petit grand homme

Petit homme, tu débarquas dans ce monde
Peu avant que n’explose la bombe
L’an deux mille vingt annonçait la joie
Et c’est bien le cas grâce à toi

Chaque jour que Dieu fait,
Nous le bénissons pour ton arrivée
Au meilleur moment, le 31 janvier.

Quand je te regarde, blottis dans mes bras
Je me demande encore parfois
Lequel a besoin d’être rassuré
En cette période si troublée

Grand homme, si fort et si vulnérable
Ton appui se trouve dans l’inébranlable
En celui qui te rend capable

De respirer encore la vie
Et qui te donne aujourd’hui
De façonner à son image
Des sourires sur les visages

Ensemble, nous chanterons l’espérance
Dans les larmes, et aussi dans nos danses
Qui rythmeront notre tendre existence

Ben (02/04/2020)


Coronavirus

Tu viens de tes piquants invisibles
Altérer nos chairs destructibles
Tu te fais maître du monde
En un quart de seconde

En véritable poison
Tu décimes dans les maisons
Ceux qui ne t’impressionnent
Aucun souffle tu ne leur donne

Mais ce n’est pas à toi
Pourtant, t’en croyant digne
Que nous décernerons
les titres héros ou héroïne

Car du peuple s’élève une voix
Force pour les premières lignes
Ensemble nous remettrons
La couronne à ceux qui t’assassinent

Ben (23/03/2020)


Quel cauchemar

Et si tout cela n’était qu’un cauchemar ?
C’est vrai,
Si depuis le début, tout était faux.
Et si ce virus n’existait pas,
Qu’il n’était jamais apparu,
Il ne dévasterait pas ce monde.

Plus de peur, plus de pandémie,
Plus de crise, plus de confinement…

Réveille-toi, le monde reste tel qu’il est…
Avec ses autres peurs, ses autres crises,
Ses autres malheurs…
Dans quel monde faudrait-il vivre ?

Celui de la tendresse, du partage,
Du vivre ensemble, de la parole tenue,
De l’oiseau qui réveille par ses douces mélodies un printemps tant attendu
De l’enfant qui vient de naître et qui sourit avec innocence à la vie qui l’attend
Un monde idéal ou un monde infernal ?

Chacun vit dans un monde différent,
Fait d’illusions et d’espérances
Mais souvenons-nous qu’après rêve ou cauchemar,
nos yeux s’ouvriront pour écrire une nouvelle page de notre histoire

Saisissons donc l’opportunité
puisqu’il nous faut vivre le cauchemar
de resserrer les cœurs
Dans une solidarité retrouvée
Pour faire de l’homme un être meilleur

Ben (21/03/2020)